Le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) a émis un avis défavorable à la réintroduction du grand tétras dans les Vosges. Les raisons sont nombreuses, mais elles sont liées en grande partie du fait d’une augmentation du tourisme.

Les efforts ne seraient pas suffisants pour réintroduire le grand tétras

Le CSRPN s’inquiète à propos de l’augmentation du tourisme et des activités de plein air au sein des espaces naturels vosgiens.

Il faut rappeler que ce conseil avait préconisé quelques actions pour que la réintroduction soit éventuellement possible. Il est constaté plusieurs points pénalisants :

  • L’augmentation du tourisme
  • La fréquentation de la route des crêtes
  • La cueillette sauvage des brimbelles
  • Des projets de développement d’activités de plein air

Vous pouvez lire dans son intégralité l’avis défavorable rapporté par le CSRPN en date du 7 février 2023.

Des recommandations non suivies

en 2020, le CSRPN avait recommandé d’entreprendre des actions visant à réduire la pollution sonore. Les préconisations étaient de réduire la vitesse à 50 km/h sur la route des crêtes. Cela nécessitant l’installation de radar et une présence renforcée des contrôles de gendarmerie. Il avait été recommandé de fermer la route des crêtes du 1er décembre au 30 juin. Rappelons que la route des crêtes est fermée pour cause d’enneigement et d’activités de ski (les pistes traversent la route à La Bresse Hohneck).

Un grand tétras dans le massif des Vosges

Par ailleurs, le conseil estime que la RNN de Tanet – Gazon du Faing voit sa fréquentation en hausse. On parle de chiffres pouvant aller jusqu’à 400 000 visiteurs par an (statistiques 2022). Le CSRPN fait un comparatif avec le Parc National du Mercantour, indiquant que celui-ci reçoit 600 000 visiteurs par an, mais sa superficie est 300 fois plus vaste !

Est-ce que le tourisme prend trop de place aujourd’hui sur la biodiversité ?

La fréquentation du massif est effectivement plus importante ces dernières années. Le tourisme tel qu’on le connaît aujourd’hui, n’est pas toujours proportionné à l’étendue du massif. On sait que des actions sont mises en place dans certains secteurs de la région. En Alsace notamment, où l’on essaie « d’éparpiller les touristes« , de faire en sorte qu’ils ne soient pas tous au même endroit.

Le problème dans le massif des Vosges, c’est peut-être bien sa petite étendue.

Susciter l’intérêt vers des lieux moins fréquentés n’est pas une mince affaire. On le voit sur nos réseaux sociaux, si l’on partage une photo de Gérardmer sous la neige, on a des milliers d’interactions, alors qu’une photo, de Saint-Dié, Bruyères ou Remiremont aussi joli soit-elle, ne provoquera pas le même intérêt, loin de là !

En attendant, il n’y aura pas de réintroduction du grand tétras dans les Vosges. Un combat est perceptible entre les défenseurs de la faune et la flore et l’activité touristique. Est-ce que les deux peuvent cohabiter ?

  • Temps de lecture :4 min de lecture
  • Dernière modification de la publication :10 mars 2023